Un petit post (de retour après quelques mois de silence méditatif…) pour vous faire part d’un événement important me semble-t-il, compte-tenu des circonstances politiques, économiques, écologiques, financières, géopolitiques, philosophiques, personnelles…. actuelles…

En effet, « face aux crises, aux dérives et aux fractures dont souffrent notre société et notre démocratie, une quinzaine d’organisations de la société civile et des responsables associatifs ont adopté une plateforme commune et proposé un Pacte civique pour renouveler le vivre-ensemble et rénover la qualité démocratique. Ce pacte permettra d’interpeller les candidats à l’élection présidentielle de l’année prochaine.

Chacun d’entre vous, citoyens lecteurs, êtes invités à lancer officiellement ce Pacte civique les 14 et 15 mai au Palais des Congrès d’Issy-les-Moulineaux afin de comprendre la démarche et partager l’ambition du Pacte civique, apporter vos avis et commentaires sur la façon de réussir le Pacte civique et d’en favoriser l’adhésion, préparer la suite de la démarche jusqu’à la fin 2013.


Vous trouverez d’autres infos en allant directement sur le site www.pacte-civique.org
YES WE CAN !!

Voilà, j’y suis allée. A la Cantine, un espace de travail collaboratif situé rue Montmartre. J’ai réservé ma place à l’avance, comme une grande, et je m’y suis pointée vers 10 heures, la bouche en coeur.

Première impression : c’est open ! J’ai réservé mais personne ne vérifie mon nom à l’arrivée,  je m’adresse à une personne qui semble « être » de l’endroit, elle me confirme que je peux m’installer où je veux, qu’en raison de la conférence le lieu a été remanié mais qu’il reste des tables de travail…

Deuxième impression : plus qu’open, c’est « open conférence ». Un jeune homme portant toutes les caractéristiques du geek s’adresse à l’auditoire pour présenter son travail de recherche sur le street maping. T-shirt arborant un super héros, pantalon trop grand, mine chiffonnée de nuits trop courtes, pas forcément à l’aise pour s’exprimer devant tant de monde. Je n’aime pas les caricatures mais elles expriment toujours un fond de vérité, malgré tout. Je le trouve touchant. Et terriblement intelligent. Enfin, de ce type d’intelligence individuelle qui s’appuie sur l’intelligence collective pour développer un outil numérique permettant de réaliser des cartes de lieux jusqu’alors peu ou mal recensés, avec la participation des citoyens locaux (comme, par exemple, le mapping d’Haïti, juste après le tremblement de terre. Plutôt utile pour les secours).

Alors que je me concentre pour tenter de suivre le discours de Superman, me vient la troisième impression. Une sensation particulière que seules les filles ingénieurEs et autres passionnéEs de sport automobile peuvent ressentir. Je suis la seule fille de l’auditoire. Que d’hommes ! Habillés en noir, of course, le Mac calé sur les genoux. J’aperçois finalement une autre fille qui gère la sono et l’ordinateur de contrôle… Ouf, on est deux.  Enfin, toujours en minorité. Allez les filles, demain on se met au XML ! A part ça, les questions du public sont posées dans une totale décontraction, les réponses se font en toute humilité. J’apprécie.

Le cliquetis des touches frappées sur les ordinateurs me berce. Le deuxième intervenant vient du MIT de Harvard pour nous présenter un système de sourcing et de création de chaînes de valeurs (www.sourcemap.com). J’écoute avec attention comment dès aujourd’hui, et de mieux en mieux dans les années à venir, nous allons pouvoir grâce à cet outil sourcer l’ensemble des matières premières qui composent les produits de notre quotidien et mesurer ainsi leur bilan carbone. Réjouissant.

Moins réjouissant, tout à coup la sensation de solitude qui m’envahit. Serait-ce d’observer tous ces trentenaires plongés dans leur ordinateur, le visage uniquement éclairé par leur fond d’écran ? Espérons qu’ils se rejoignent sur la Toile car à les voir comme ça, dans la « vie réelle », on a plutôt l’impression d’une « ultra moderne solitude ». Lueur d’espoir : au fond, trois personnes, deux gars et une fille (ça mérite d’être souligné) discutent au bar, dans une ambiance décontractée. J’apprends ensuite qu’à l’étage, il y a des salles de réunions qui permettent de se… ré-unir. Ouf, me voilà soulagée.

Rencontrer réellement l’autre, sortir de chez soi pour partager, pour être surpris par une conférence, collaborer sur des projets d’avenir, voilà la mission de La Cantine. Est-elle remplie ?

Je repars contente mais un peu jet lagée, décalée, avec la sensation de quitter un endroit dans lequel je n’avais pas vraiment ma place, un pays dont je n’ai pas vraiment partagé les codes. Une petite alarme résonne dans mon esprit : au-delà de son apparente abolition des frontières, l’espace numérique nous connecte-t-il vraiment les uns aux autres ? Qui sommes-nous lorsque nous sommes « connectés » ? La Cantine n’est-elle pas simplement la cristallisation d’un nouveau mode de communication émergeant depuis 10 ans : un lieu communautaire de plus qui semble réunir mais qui cloisonne aussi, entre « sachants » et « néophytes », « Mac » et « PC », « Geek » et « non geek » ? Qui permettrait de communiquer tous azimuts, mais sans communiquer vraiment ?

Le sentiment mitigé, comme un grain de sable dans la chaussure, je n’ai toujours pas de réponse… alors je cherche.

Any answer, parmi les « connected people » ?

Par ici les coulisses du blog !

Entrez votre adresse e-mail pour être informé des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 8 autres abonnés

Articles Delicious

Articles par sujets

Archives